Rencontrez les jeunes filles qui seront le changement de la societé indienne de demain. Ecoutez huit voix qui témoignent du quotidien d’être fille à Piyali, d’être élève au Piyali Learning Center.

Pratima, Milie, Anjura, Kajul, Ana, Madhumita, Rama et Rita sont huit élèves du Piyali Learning Center. Elles sont toutes vêtues de leur uniforme jaune et violet. Leurs longs cheveux noirs sont coiffés soigneusement. Toutes ont le sourire aux lèvres. Elles rêvent du prince charmant, mais surtout d’aller à la fac. Elles se racontent :

Vivre dans le village où « les filles ne sont bonnes à rien »

Issues d’un environnement social défavorisé, l’école leur offre un nouveau monde. Un monde où les possibilités sont immenses, où les rêves existent, où les femmes ont une valeur. Un monde bien loin de la réalité de leur quotidien où « les filles ne sont bonnes à rien ». Ana, 15 ans, explique qu’à Piyali « c’est commun que les filles n’étudient pas. Elles sont données en mariage. Elles n’ont pas le choix. » Sa camarade, Anjura, ajoute que récemment une amie à elle a été mariée, « depuis, elle n’est pas reevenue à l’école. »

Le Piyali Learning Center leur offre alors un cadre stable et sécurisé pour apprendre et entreprendre. Les élèves s’y pressent tous les matins et ont soif d’apprendre. Reconnaissantes de leur chance, c’est surtout auprès de les professeures qu’elles se confient. L’école est pour elles un renouveau, une sorte de parenthèse ; voire une seconde maison où est présente leur seconde famille.

J’ai tellement d’amies qui ont été mariées entre 15 et 16 ans… Elles ne sont pas assez âgées pour être mariées !
Ça doit s’arrêter
.

Rita, élève du PLC, 15 ans.
Retrouvez le projet SAFE HOUSE qui accueille les élèves en danger .