Ce voyage en Inde s’est inscrit dans un projet scout. On vous explique ici les trois années de travail et de construction que ont précédées notre périple.

Des extrajobs, encore et encore

Pendant les trois années qui ont précédé notre voyage, tout notre temps libre a été consacré à notre expériment long. Tout en jonglant avec nos études, nous avons attribué toutes nos soirées, nos week-ends, nos vacances à notre projet de solidarité. Nous avons passé des centaines d’heures à faire des gâteaux, à emballer des cadeaux, à vendre des brioches, des calendriers ou des boissons. Nous avons passé des week-ends entiers à garder des enfants, à gérer de l’intendance, à récurer des casseroles, à laver des véhicules. Nous avons passé des soirées à écrire, corriger, envoyer des dossiers de subventions, à élaborer des budgets prévisionnels, des dossiers administratifs. Nous avons passé des heures en réunion pour organiser une soirée-dansante / repas indien pour 200 personnes. Nous avons passé notre quotidien à (tenter) d’échanger par mail avec notre partenaire, notre CMPP, nos APs, nos ACOCOS, notre groupe scout.

Des expériments courts

Mais toutes ces années ont également été ponctuées par des expériments courts. Des actions sociales, locales et humaines. Des rencontres. Des visages. Du temps passé, non pas pour de l’argent, mais pour donner de son temps. Nous avons organisé un bol de riz, en partenariat avec l’association Accueil Réfugiés des Val du Dauphiné, pour une famille de réfugiés de La Tour du Pin. Nous avons servi des repas pour Les Amis du Togo. Nous avons participé aux collectes alimentaires de la Croix Rouge. Nous avons passé un été aux côtés de Santa et son équipe, à l’ASJEFS de Chambéry. Nous avons aidé la Banque Alimentaire de Savoie. Nettoyé, collecté et trié des jouets avec L’Entraide Internationale. Nous avons partagé notre Noël, et la Lumière de la Paix, avec les détenus du centre pénitencier de St Quentin Fallavier. Toutes ces actions nous ont fait rencontrer des bénévoles incroyables qui nous ont appris une chose : nous pouvons toujours aider, même au plus proche de soi.

Un engagement

Florent et Isabelle, nos Accompagnateurs Compagnons, et nous lors de notre promesse.

Derrière ces années, ces efforts et ces rencontres : une promesse. Un « engagement personnel et symbolique, la promesse prend tout son sens dans les premiers mois de la vie en équipe. Une clé pour agir au pluriel et progresser au singulier » selon la pédagogie SGDF des compagnons. Cette étape symbolique, aussi bien pour le mouvement que pour nous, nous a soudées dans notre projet. « À nous quatre, je sais qu’on peut gravir tous les sommets du monde parce qu’on a la volonté et aussi grâce aux valeurs du scoutisme (…) Aussi, aujourd’hui, je m’engage à les respecter et à les appliquer au sein du scoutisme et du groupe qui est une bonne école de la vie dans laquelle je veux continuer de grandir » promettait Chloé  en juillet 2016.

« Chaque enfant, jeune, adulte, est appelé dans le scoutisme à prononcer une Promesse, à exprimer ainsi son adhésion aux valeurs du scoutisme énoncées dans sa loi. Éléments clés du scoutisme, loi et promesse ont été déclinés dans toutes formes et langues, pour toutes cultures et tous âges. »

GPS (guide pour scoutisme) SGDF
Pour connaître notre budget et toutes nos démarches administratives et plus de fun, c’est par ici que ça se passe.
Pour en apprendre plus sur les Scouts et Guides de France, c’est .